Bibliographie

Actualité

Envie d'entreprendre

Un CPI blogueur

Intellectual-Property-WebNews - IPWEBNEWS

KM Richard Collin

Contacts

  • Marc de Fouchécour
    Inventeur, mathématicien, professeur à l'ENSAM et surtout un des meilleurs spécialistes du KM en France. Marc est à la croisée des chemins de l'Innovation, du management des connaissances, et de la PI.
  • Yann de Kermadec
    Inventeur, passionné par l'innovation, Yann conseille de nombreuses entreprises pour la mise en place et l'animation d'une politique d'innovation.
  • Denis ETTIGHOFFER
    Conseil en organisation, auteur d'essais décoiffants et conférencier brillant, Denis apporte une vision originale de l'évolution du monde.
  • Etienne KRIEGER
    Docteur ès sciences de gestion à Paris-Dauphine, est cofondateur de NAVIDIS, Etienne est l'animateur infatigable d'une immense communauté de jeunes entrepreneurs.
  • Jean-Sébastien LANTZ
    Enseignant chercheur en économie de l'innovation.
  • Richard Collin
    Pape du KM, manager du futur, organisateur du salon Innovation et KM. Un personnage incontournable !
  • Un excellent confrère blogueur

Liste des notes

« Les projets de fin d'étude ENSAM : demandez le programme | Accueil | Développement durable et propriété industrielle : deux notions complémentaires ou antinomiques ? »

05 juin 2007

Commentaires

Il y a une question à laquelle ne répond pas ce post: qu'est ce qui empêchait un laboratoire ou une entreprise de s'appuyer sur la découverte de Flemming et de développer un proces industriel en déposant des brevets de procédé? S'il y a risque industriel et aléa de l'automatisation de la production, il y a sans conteste possible possibilité de déposer un ou plusieurs brevets, donc possibilité de retour sur investissement. Si cela n'a pas eu lieu, que s'est il passé?

FL

Peut-être pour répondre à Florent, mais aussi pour montrer que l'histoire n'est pas aussi simple, quelques éléments tirés du Bactérioblog http://bacterioblog.over-blog.com/article-10513113.html :

- Après avoir isolé la pénicilline, Fleming constate son instabilité, les difficultés pour la produire et la purifier en quantités suffisantes : il abandonne donc ses travaux.
- A partir de 1935, d'autres antibiotiques comme les sulfamides (peu efficaces) sont découverts et la pénicilline reste dans l'ombre.
- En 1938, René Dubos isole la tyrothricine de Bacillus brevis, qu’il appelle un "antibiotique" : ce qui est en réalité une combinaison de deux molécules fait merveille appliquée sur les plaies.
- En 1939, Howard Florey et Ernst Boris Chain reprennent les travaux de Fleming et parviennent à produire la pénicilline à grande échelle, à la purifier, ce qui la rend plus stable et moins toxique.

Mon interprétation est celle-ci : il est facile de voir a posteriori un antibiotique miracle, sauf qu'en 1928, cette évidence n'en était pas une.... Quelle soit brevetée ou non, la pénicilline n'était pas intéressante, et on doit grâce à René Dubos d'avoir obligé "Florey à s'intéresser enfin à cette moisissure que Fleming déclarait sans intérêt et dont l'effet ressemble grandement à la thyrothricine que lui, Dubos, vient de découvrir" (Bruno Latour, préface à R. Dubos, "Louis Pasteur : franc-tireur de la science", La Découverte). A l'inverse, si la pénicilline avait été brevetée, Florey et Chain s'y seraient-ils intéressés ? Ils n'en auraient pas été empêchés à cause de l'exemption de recherche, mais on ne peut se prononcer catégoriquement !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.