Bibliographie

Actualité

Envie d'entreprendre

Un CPI blogueur

Intellectual-Property-WebNews - IPWEBNEWS

KM Richard Collin

Contacts

  • Marc de Fouchécour
    Inventeur, mathématicien, professeur à l'ENSAM et surtout un des meilleurs spécialistes du KM en France. Marc est à la croisée des chemins de l'Innovation, du management des connaissances, et de la PI.
  • Yann de Kermadec
    Inventeur, passionné par l'innovation, Yann conseille de nombreuses entreprises pour la mise en place et l'animation d'une politique d'innovation.
  • Denis ETTIGHOFFER
    Conseil en organisation, auteur d'essais décoiffants et conférencier brillant, Denis apporte une vision originale de l'évolution du monde.
  • Etienne KRIEGER
    Docteur ès sciences de gestion à Paris-Dauphine, est cofondateur de NAVIDIS, Etienne est l'animateur infatigable d'une immense communauté de jeunes entrepreneurs.
  • Jean-Sébastien LANTZ
    Enseignant chercheur en économie de l'innovation.
  • Richard Collin
    Pape du KM, manager du futur, organisateur du salon Innovation et KM. Un personnage incontournable !
  • Un excellent confrère blogueur

Liste des notes

« Rejet de la saisine de la Grande Chambre de Recours, concernant la brevetabilité des logiciels | Accueil | Innovation Killers : How Financial Tools Destroy Your Capacity to Do New Things ? »

14 mai 2010

Commentaires

Cela fera les pieds aux CPI brevets qui ont refusé la fusion avec les avocats : les CPI marques pourront obtenir la double qualification CPI-avocat, et la fusion sera réalisée de fait, sauf pour les ringards qui pourront rester entre eux. Cela va dans le sens de l'histoire, avec le développement de cabinets exclusivement marque qui hésitent à basculer dans la profession d'avocats et qui à l'avenir n'auront plus à se poser de questions. Et cela les rendra plus indépendant de la CNCPI du fait de leur double tutelle. J'encourage donc ce projet du bureau de la CNCPI, n'en déplaise aux grincheux.

@CPI marques : je trouve votre commentaire lamentable. La profession a un besoin vital de retrouver son unité après l'épisode malheureux du projet de fusion, et certainement pas d'ouvrir un nouveau sujet d'affrontement.
M Breesé a parfaitement anticipé le risque de dérive et d'éclatement de la profession, entre un groupe de "CPI-avocats" soumis à une double tutelle (CNCPI et ordre des avocats) qui va se neutraliser, et un groupe affaibli de CPI "pur jus".
Quand est ce que la CNCPI comprendra t'elle que l'avenir de la profession ne dépend pas de réformes "nombrilistes", mais d'une réflexion prospective sur les attentes de nos clients et un retour à des relations sereines avec nos partenaires institutionnels et professionnels ? Je suis et reste fier d'être CPI, même si je suis déçu par le fonctionnement de la profession depuis quelques années et l'absence d'ambition collective.

Je ne vois pas bien l'intérêt de cumuler le statut (et les contraintes) de CPI et le statut d'avocat. Plusieurs CPI comme @mark ou Loyer-Abello on fait le choix de la profession d'avocat et portent très bien.
Si on devait admettre le cumul, pourrait-on faire travailler dans un même cabinet un "cpi-avocat" et un "CPI pur jus" ? je ne le pense pas.

@CPI marques

Heureusement que vous au moins n'êtes pas grincheux.

@ CPI marques
Passez donc avocat le plus vite possible, au lieu d'essayer de semer la zizanie entre CPI-brevets et CPI-marques.
Par ailleurs, c'est MAM et, parait-il, Copé qui ont enterré la fusion. Aucun d'entre eux n'est CPI-brevets, à ma connaissance...

Il faut rappeler que le cumul (sans interprofessionnalité d'exercice)existait du temps de la CNCBI, mais cette possibilité n'a été que très peu utilisée (je n'en connais qu'un seul cas), car elle impliquait (et impliquera toujours si elle est de nouveau mise en oeuvre) de travailler dans deux structures différentes, avec des papiers à en tête différents et des facturations différentes pour chacune des deux activités.

De plus, dans le cadre d'une 'interprofessionnalité' capitalistique avec prises de participations croisées, une double appartenance ne pourrait que poser un problème insoluble.

En effet a quel titre sera décomptée la participation capitalistique du CPI-Avocat:

a) dans le cabinet d'Avocats?
b) dans le cabinet de CPI?

On pourrait certes considérer que le CPI-Avocat n'est que CPI dans le cabinet de CPI et n'est qu'Avocat dans le cabinet d'avocats , mais ce serait là déjouer le principe des participations croisées avec ses règles de seuil.

J'en ai un assez que le Président de la CNCPI entraîne la profession dans des aventures qui se terminent toujours de manière désastreuse. Et ce sans même consulter les CPI lorsqu'il s'engage dans de nouvelles batailles contre des moulins à vent. Manifestement, le bureau n'a pas retenu la leçon de la condamnation par la Cour d'Appel, et continue à agir sans mandat des CPI. Depuis cinq ans, la direction de la CNCPI conduit la profession d'échecs en échecs. Vouloir se raccrocher à un projet de réforme qui ne nous concerne pas, et dont nous n'avons rien à attendre d'utile pour l'exercice de notre métier, va une fois de plus nous opposer à nos partenaires et créer des tensions pour rien.

Voici un blog qui nous dévoile ce qu'il y a derrière les projets d'interprofessionnalité capitalistique, suite au lobbiyng intense des avocats:

http://authueil.org/?2010/05/26/1621-vassalisation#co

Le communiqué de presse du CNB est ici:

http://cnb.avocat.fr/Avocats-et-experts-comptables-a-la-recherche-d-une-nouvelle-collaboration_a884.html

Que cherchent donc les avocats, à reconstituer des sociétés de type Enron en mariant l'audit et le conseil après plusieurs crises systémiques qui n'ont décidement pas servi de leçon?

Intéressons nous à nos clients.
On va encore perdre notre énergie à des combats qui n'intéressent personne (sauf peut être un ou deux patrons de cabinets qui veulent investir dans un cabinet d'avocats). Pour nous CPI de base, rien à attendre de ce n-ième projet.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.