Bibliographie

Actualité

Envie d'entreprendre

Un CPI blogueur

Intellectual-Property-WebNews - IPWEBNEWS

KM Richard Collin

Contacts

  • Marc de Fouchécour
    Inventeur, mathématicien, professeur à l'ENSAM et surtout un des meilleurs spécialistes du KM en France. Marc est à la croisée des chemins de l'Innovation, du management des connaissances, et de la PI.
  • Yann de Kermadec
    Inventeur, passionné par l'innovation, Yann conseille de nombreuses entreprises pour la mise en place et l'animation d'une politique d'innovation.
  • Denis ETTIGHOFFER
    Conseil en organisation, auteur d'essais décoiffants et conférencier brillant, Denis apporte une vision originale de l'évolution du monde.
  • Etienne KRIEGER
    Docteur ès sciences de gestion à Paris-Dauphine, est cofondateur de NAVIDIS, Etienne est l'animateur infatigable d'une immense communauté de jeunes entrepreneurs.
  • Jean-Sébastien LANTZ
    Enseignant chercheur en économie de l'innovation.
  • Richard Collin
    Pape du KM, manager du futur, organisateur du salon Innovation et KM. Un personnage incontournable !
  • Un excellent confrère blogueur

Liste des notes

« Les ingénieurs non-salariés et entrepreneurs | Accueil | L'Italie rejoint le groupe des 25 pays organisant une protection unitaire par brevet »

07 septembre 2015

Commentaires

Décision intéressante et bien rédigée (à défaut d'être réjouissante...).
Espérons que la Cour d'appel et de préférence aussi la Cour de cassation seront saisies pour trancher définitivement la question.

un certain manque d'humilité du TGI dont la qualité des décisions comprenant parfois des erreurs grossières ne justifie pas d'aller à rebours d'une jurisprudence européenne établie... même s'il n'est effectivement pas tenu de la suivre.
Pour la juridiction européenne, je ne pense pas que le recrutement se fera de façon locale... enfin j'espère!

Il est clair que les programmes d'ordinateur EN TANT QUE TELS sont exclus de la brevetabilite et proteges par droit d'auteur. Le droit d'auteur protege le programme ecrit en java ou en c++, mais il est normal que les fonctionnalites que traduit le programme d'ordinateur (etapes de procede) soit protegees par le droit des brevets. C'est ce qui se fait a l'OEB. Dans un monde dematerialise comme le notre, rien de plus normal a mon avis.

@ Resp Pi : juste une quetion (peut être idiote), y aurait il des programmes d'ordinateurs qui ne se traduirait pas par des fonctionalités ? La décision du TGI me semble parfaitement cohérente.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.